Comment gérer son taux de prélèvement à la source ?

 Si vous vous avez modifié votre taux de prélèvement à la source courant 2020, votre taux actuel expire le 31 décembre 2020, les modifications de taux de prélèvement à la source étant valables uniquement pour l'année civile en cours.

Si vous souhaitez conserver votre taux ou le modifier de nouveau pour 2021, vous devez vous rendre sur votre espace particulier sur impots.gouv.fr à la rubrique « Gérer mon prélèvement à la source », menu « Actualiser suite à une hausse ou une baisse de vos revenus » et indiquer vos revenus estimés pour l’année 2021.

Une fois la mise à jour effectuée, les collecteurs disposeront d’un délai de 2 mois pour appliquer le nouveau taux.

Vous pouvez à tout moment adapter votre taux de prélèvement à la source depuis votre espace Particuliers sur impots.gouv.fr, dans l'espace « Gérer mon prélèvement à la source ». Ce service vous permet notamment de déclarer une hausse ou une baisse de revenus (menu « Actualiser mon prélèvement à la source suite à une hausse ou à une baisse de revenus »), signaler un changement de situation comme un mariage, un pacs, une naissance, un divorce ou le décès du conjoint (menu « Signaler un changement »), choisir un taux individualisé pour prendre en compte les écarts de revenus entre deux conjoints, choisir un taux non personnalisé pour ne pas transmettre votre taux à votre employeur ou opter pour un versement trimestriel plutôt qu’un versement mensuel.

Le taux personnalisé pour le foyer est calculé sur la base de votre dernière déclaration de revenus : il tient compte de l’ensemble de vos revenus, de votre situation et de vos charges de famille. Il est le même pour chacun des conjoints. Sans démarche de votre part, le taux de prélèvement qui est utilisé par l’administration est celui-là.

Si vous êtes marié ou pacsé, il est possible d’opter pour un taux de prélèvement individualisé afin de prendre en compte des éventuels écarts de revenus entre les conjoints. Le taux est calculé par l’administration fiscale en fonction des revenus de chacun et est donc différent pour chacun des conjoints. Il ne s’agit pas d’une individualisation de l’impôt, mais d’une répartition différente du paiement de celui-ci. L’impôt reste calculé en fonction des revenus du foyer et du nombre de parts de quotient familial.

Si vous ne souhaitez pas que votre employeur connaisse votre taux de prélèvement à la source, il est possible d’opter pour le taux non personnalisé. Cette option ne présente un intérêt que si vous percevez d’importants revenus en plus de vos salaires et que vous ne souhaitez pas que votre employeur applique votre taux personnalisé.

Dans ce cas, votre employeur appliquera un taux « non personnalisé » issu du barème disponible dans la loi de finances. Ce taux dépend uniquement du montant de votre rémunération et ne prend pas en compte votre situation familiale.

Si le taux non personnalisé est inférieur à votre taux personnalisé, vous devrez alors verser tous les mois à l’administration une somme correspondant à la différence.

Attention : le taux applicable ne tient pas compte de vos éventuels réduction ou crédit d’impôt. En conséquence, même si vous n’êtes pas imposable grâce à ceux-ci, vous devrez quand même faire l’avance d’un impôt qui vous sera remboursé en 2022.

 

Découvrez la dernière chronique de Thierry Bouclier sur : La taxation des plus values